Le Bocage Libre
Les Titres - article précédent - article suivant

 

07 Octobre 1999

Commerces de Bischwiller

Le rythme Legoupil et la cadence municipale...

Au printemps, avec le concours de la société "JB Promotion", de Narbonne, Franck Legoupil, président-directeur général du groupe virois Fimopart, avait lancé un projet d'implantation de trois nouvelles surfaces commerciales sur un terrain lui appartenant, avenue de Bischwiller : un magasin d'articles de sport (type Décathlon ou Go-Sport), un magasin de décoration (type Casa) et un magasin de vêtements-chaussures (type Gémo). Par la suite, le maire de Vire Jean-Yves Cousin a souhaité la mise en place d'une commission composée de représentants du commerce virois et chargée de lui donner un avis. Là-dessus, le dossier étant sans doute encore trop chaud, il a été décidé de faire procéder à une étude "sur l'offre commerciale existante à Vire". Le cabinet d'études devait être choisi fin juin.
Et voici que le jeudi 30 septembre, Franck Legoupil a pris connaissance de cette lettre datée du... 17 septembre et signée du premier adjoint au maire Claude Foucault : "En réponse à votre courrier du 15 septembre, je vous informe que la ville de Vire procède actuellement à la sélection du cabinet d'études qui sera chargé de réaliser l'étude du tissu commercial virois. Les délais de réalisation de cette étude étant estimés à quatre mois, nous espérons disposer des résultats en début d'année 2000. Je ne manquerai pas de vous tenir informé de ces résultats." Voilà qui, évidemment, n'a pas eu l'heur de plaire à Franck Legoupil : "La honte ! Heureusement que j'ai demandé des nouvelles. La ville voudrait nous écoeurer pour, finalement, ne pas avoir à prendre une décision, elle ne ferait pas autrement. Le maire ne sait pas dire "oui" ou "non". D'où l'histoire du groupe de travail puis de l'étude. J'ai le sentiment qu'il veut nous essoufler. Il y a pourtant une quarantaine d'emplois à la clé ! En deux mois, mon groupe vient encore de créer cinquante emplois. Nous ne sommes vraiment pas sur la même longueur d'onde que la ville !"

 

Les Titres - article précédent - article suivant