Le Bocage Libre
Les Titres - article précédent - article suivant

 

07 Octobre 1999

Une trop "bonne" année

Les pommes à cidre ne se vendent plus !

Depuis le jeudi 30 septembre, la Coopérative de collecte de pommes de La Graverie qui avait commencé la réception des fruits à cidre le lundi 13 septembre, a cessé toute activité, faute de débouchés. Le démarrage de la campagne avait pourtant été correct, notamment grâce à la demande de la Cidrerie du Calvados, à Livarot. Mais ensuite, face à une production qui, au plan national, est estimée cette année à 280.000 tonnes alors que les besoins devraient tourner autour de 220.000 tonnes, les récoltants du Bocage se sont retrouvés en concurrence avec les producteurs basse-tige qui sont sous contrat avec les cidreries et qui, de ce fait, sont prioritaires. Responsable à la Coopérative de La Graverie, Daniel Mérille n'est d'ailleurs pas très optimiste puisque ses clients habituels, tant au Pays basque espagnol qu'en Bretagne, sont également bien servis cette année. Il espère que "vers la mi-octobre, le marché pourra peut-être se relever". En attendant et jusqu'à nouvel ordre, il demande aux producteurs, pour qu'ils se conservent mieux, de ne pas ramasser leurs fruits à cidre. Il ne s'agit pas, non plus, de "brader la marchandise". Pour l'heure, il estime que sur le secteur bocain où il pensait réaliser une collecte de l'ordre de 4.000 tonnes, cinquante tonnes environ de pommes se perdent chaque jour ou, en tout cas, deviennent "inlivrables". D'autant plus que, vu la situation, les cidriers vont être très à cheval sur la qualité !
Dans ces conditions, le président Guy Legorgeu a alerté le préfet et demandé une intervention des pouvoirs publics qui pourraient débloquer des aides pour encourager la production de concentrés ou de calvados, afin d'écouler les excédents. Le vendredi 1er octobre, ce même préfet lui a répondu qu'il a pris bonne note.

 

Les Titres - article précédent - article suivant